Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘immigrés’

Source : https://www.okeanews.fr/20130811-grece-revolte-des-detenus-du-camp-de-concentration-damygdaleza#axzz2bn0bRIAe

(dernière mise à jour le 11/08/2013 – 10:32)

Amygdaleza

 

« On nomme camp de concentration un lieu fermé de grande taille créé pour regrouper et pour détenir une population considérée comme ennemie, généralement dans de très mauvaises conditions. Cette population peut se composer des opposants politiques, des résidents d’un pays ennemi, de groupes ethniques ou religieux spécifiques, des civils d’une zone critique de combats, ou d’autres groupes humains, souvent pendant une guerre. Les personnes sont détenues en raison de critères généraux, sans procédure juridique, et non en vertu d’un jugement individuel. » (suite…)

Read Full Post »

Source: ecre.org

Filmed in Athens between October 2011 and February 2012, in the midst of social, political and economic turmoil, the documentary raises the voices of those who have fled Afghanistan, Somalia or Sudan hoping to find refuge in Europe. After months or even years on the road, they arrive in Greece, a country whose population is facing the full brunt of the economic crisis and where the asylum and reception systems are completely dysfunctional. Most people see no option but to take to the road again in the hope of reaching a country that can receive them and consider their claim for asylum. But, once they have entered Greece, it is extremely difficult if not impossible to leave the country given the European policies that legally bind them to Greece.

This documentary is the fruit of the cooperation between ECRE, the Greek Forum of Refugees and the film maker Matthias Wiessler, and supported by the European Programme for Integration and Migration (EPIM).

How much further? premiered simultaneously in Brussels and Athens on World Refugee Day 2012 (20 June)

Contact
Ana López Fontal

Senior Press & Public Information Officer
afontal@ecre.org
+32 2 212 08 12

 

Read Full Post »

Texte paru sur le site de l’Assemblée d’immigrés et solidaires d’ASOEE

Quand les flics et les fascistes assassinent…

Le  1/2/2013, vers 21h00, nous sommes prévenus de la mort d’un immigré trouvé mort sur les rails de métro  à  Thiseio. Les médias appellent cela un suicide. Depuis les hauts-parleurs des stations il est annoncé :  “le métro finira son trajet  à la station d’Omonoia  à cause d’un obstacle sur les voies”. Des immigrés et solidaires commencent  à se rassembler  à la station. Peu de temps après, les MAT arrivent, attaquent le rassemblement en utilisant du gaz lacrymogène et la dispersent. Ils continuent en pourchassant et interpellant des gens aux alentours, certaines se transformant en arrestations, quels sont les noms et le nombre, nous ne l’avons toujours pas trouvé. Selon un témoin qui  était avec  Babacar Ndiaye, ils vendaient leurs marchandises  à  Thiseio   quand ils ont vu la police municipale s’approcher d’eux. L’un d’entre eux a  été poursuivis vers  Monastiraki   et  Babacar   a  été poursuivis par 2 flics vers la station. Alors qu’ils tentaient de s’échapper, il a  été acculé sur un pont au-dessus des voies et pendant un conflit où les flics ont tenté de voler ses marchandises, il est tombé de 6-7 mêtres de haut sur les voies. L’immigré qui  était avec lui a  été attrapé peu de temps après et dépouillé de ses marchandises. Ensuite, quand il est retourné  à  Thisio,  à la recherche de  Babacar, il l’a trouvé mort sur les rails, les flics nulle part où  être vu et ses marchandises manquantes. Après cela, il est allé au commissariat pour témoigner, déclarant qu’il se souvenait des deux flics qui poursuivait  Babakar  et qu’il pouvait les identifier. Sans aucune surprise, au quartier général de la police, où tous les flics de cette unité  étaient sensés faire leur rapport, les deux impliqués ne le firent jamais.

(suite…)

Read Full Post »

Bêtise ou complaisance ? L’intervention de la journaliste Alexia Kefalas sur le plateau de « C dans l’air » du 22 mai est étonnante. La correspondante de France 24, du Figaro ou encore France Culture en Grèce a tout l’air de trouver que les néonazis d’Aube dorée se rendent utiles. (suite…)

Read Full Post »

Par Paroles d’Athènes 

La percée du parti d’extrême-droite “Aube Dorée“ (Chryssi Avyi) aux élections législatives le 6 mai, et son entrée dans le parlement, ont remis au goût du jour la question des immigrés. Occupés du problème de la formation de gouvernement, les média ont oublié le refuge construit à Amigdaleza, région d’Attiki, pour les immigrés sans papiers. Ce refuge, comme il a été appelé officiellement par ses instigateurs, a été ouvert le 29 avril. Initialement, 56 immigrés ont été transportés là et il y a en ce moment presque 86 personnes à l’intérieur. Il s’agit d’un espace clôturé, conçu pour la détention des 1000 personnes. Son but est la détention des immigrés sans-papiers jusqu’à leur retour à leurs pays d’origine ou la réception de leurs demandes d’asile. (suite…)

Read Full Post »

Source en grec: Indymedia Athènes

On va le répéter  encore une fois : l’effort du régime du Mémorandum de transformer  les immigrés en  boucs émissaires de la crise, a pour  but, non seulement de tourner la rage populaire dans une fausse direction  mais aussi  de plonger complètement la société  dans la barbarie néofasciste. Mettre une barrière à ceux du mémorandum avec un ‘’non’’ vigoureux, n’est pas seulement un devoir politique  mais constitue aussi une action de la défense  de la civilisation contre la barbarie.

Devant la transparente condamnation électorale, le parti unique du mémorandum continue l’opération  du changement de l’agenda avant les élections au moyen de l’hystérie guidée pour la question migratoire. Après l’annonce pour les  camps de concentration et le barrage de la propagande raciste de la télévision, hier on avait l’annonce d’une nouvelle mesure qui nous rappelle les jours du fascisme. N’en rions plus. Tous ceux, que Loverdos (ndt :ministre de la Santé) a dit, annoncent à l’ avance le clivage de l’assistance sociale des immigrés. Pour les malades qui  souffrent des maladies transmissibles, les hôpitaux ont déjà  les  infrastructures suffisantes.

(suite…)

Read Full Post »

Depuis 3,5-4 ans des immigrés ont établi un marché autours de la faculté d’Économie au centre d’Athènes, non pas par choix, mais à cause des poursuites de la part de la police contre eux, dans tous les quartiers d’Athènes et surtout au centre. Les cas où les immigrés se font agressés et terrorisés ou que leurs produits se font voler par la police ne sont pas rare…

Selon les immigrés, les lois de l’État grec ne permettent pas à des personnes n’ayant pas une nationalité européenne d’obtenir une licence de marchand, même si leurs papiers sont en ordre.

Ce qui est très important dans cette histoire par contre, ce sont les relations de solidarité qui se produisent entre immigrés et solidaires, étudiants ou pas, en créant une communauté qui résiste à ceux qui sèment et provoquent la misère. Le résultat de ces relations sont des actions de toutes sorte: distributions des tracts et contre-information, soirées de solidarité et  repousse des attaques policières.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »