Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Athènes’

Nikos Romanos est un anarchiste âgé de 21 ans. Son nom a été rendu public lorsque, dans la nuit du 6 décembre 2008, son ami Alexandros Gregoropoulos est mort dans ses bras sous les balles d’un policier. Il a été incarcéré pour sa participation au double braquage de Velventos à Kozani en 2013. Pendant leur garde à vue, lui et ses autres 3 complices ont subis des violences policières d’une extrême cruauté.

nikos-romanos

4 décembre 2014 : Nikos Romanos est en grève de la faim depuis le 10 novembre dernier pour l’obtention des sorties d’études. Etant en prison, il a passé le concours d’entrée à l’université, mais les autorités lui refusent obstinément les permissions de sorties que le droit prévoit pour les prisonniers-étudiants. Hospitalisé depuis plusieurs jours, le seuil critique pour l’arrivée des dommages irréparables semble franchi, le risque de mort est imminent. (suite…)

Read Full Post »

Source : http://www.bfmtv.com/international/grece-un-jeune-tue-un-bus-devient-un-symbole-contre-lausterite-583940.html

Mercredi, un jeune a été tué en tombant d’un bus qu’il avait pris sans ticket, alors qu’un contrôleur se trouvait là. Une tragédie qui ravive les tensions autour de la politique d’austérité du pays.

En Grèce la mort d’un jeune homme met le feu aux poudres. Thanassis Kanaoutis avait 19 ans. Il est décédé mercredi après être tombé d’un bus, alors qu’il tentait de fuir un contrôleur pour ne pas payer d’amende.

Read Full Post »

propylaea-athens

Le matin du 24 avril, une pancarte géante a été accrochée rue Panepistimiou, en plein centre d’Athènes, dans le cadre des actions de solidarité avec les médias de contre-information qui ont été récemment bâillonnés par l’État grec avec l’aide du recteur de l’Université Technique Nationale d’Athènes, Simos Simopoulos. La pancarte dit : “Hausse le ton, lutte contre la censure de l’État, Athens.indymedia.org & Radio98fm.org”, et un drapeau rouge et noir a été mis sur l’immeuble à la place du drapeau national. (suite…)

Read Full Post »

Source : http://imetdionysos.wordpress.com/2013/03/08/qui-repand-la-misere-recoltera-la-colere/

Vitrine Stadiou

Façade d’un ancier magasin à Stadiou.

 

Depuis le dernier plan de “sauvegarde” de la Grèce, voté au Parlement Hellénique le Mercredi 7 Novembre 2012, il est tout à fait légitime de se tourner sur quelques chiffres. Le vote d’un nouveau plan du genre mérite que l’on se demande quels sont les résultats des précédents, mais aussi, à quoi cela va-t-il mener par la suite. Malheureusement, personne n’est disposé à répondre à ce dernier point. Par ailleurs il serait imprudent de ne pas préciser que les mesures votées sont soigneusement choisies par la Troika (FMI, BCE, UE), le trio politico-financier qui attise la colère des peuples dans certaines régions en Europe. Je pense notamment à la Grèce, évidemment, mais aussi à l’Espagne et le Portugal en autres… ces pays étant les plus violemment touchés par la crise économique, et sociale qui plus est. (suite…)

Read Full Post »

Le fameux chien Loukanikos de la place Syntagma et ses amis ont accueilli la Troika pendant la visite au Ministère de Finances le matin du lundi 4 mars.

Source : https://athens.indymedia.org/front.php3?lang=el&article_id=1460373

Read Full Post »

The printing collective of Villa Amalias self-presents.

Read Full Post »

Mercredi 6 février 2013, des maraîchers ont distribué gratuitement leurs produits à des chômeurs, des retraités et des parents des familles nombreuses devant le ministère du Développement à Athènes, en protestation contre l’augmentation des coûts de production (notamment le prix des carburants).

Une file d’attente s’est alors formée, la foule venant prendre les fruits et légumes proposés, créant ainsi une situation rarement vue dans un pays de l’Union Européenne.

A noter que le Conseil National de la Radio/Télévision a récemment publié un règlement interdisant aux Médias de montrer des images de pauvreté et de précarité.
C’est une chance que la Grèce n’ait pas à sa tête un gouvernent de Gauche, qui mènerait sa population à faire la queue pour un sac de tomates…

Στάσου! Ανάπτυξη! Απαγορεύεται να δείτε αυτή τη φωτογραφία

 

https://i1.wp.com/www.thepressproject.gr/photos/gallerys/843979_3729113965376_1705671854_o1360154841.jpg

Source en grec: info-war.gr et thepressproject.gr

Read Full Post »

Texte paru sur le site de l’Assemblée d’immigrés et solidaires d’ASOEE

Quand les flics et les fascistes assassinent…

Le  1/2/2013, vers 21h00, nous sommes prévenus de la mort d’un immigré trouvé mort sur les rails de métro  à  Thiseio. Les médias appellent cela un suicide. Depuis les hauts-parleurs des stations il est annoncé :  “le métro finira son trajet  à la station d’Omonoia  à cause d’un obstacle sur les voies”. Des immigrés et solidaires commencent  à se rassembler  à la station. Peu de temps après, les MAT arrivent, attaquent le rassemblement en utilisant du gaz lacrymogène et la dispersent. Ils continuent en pourchassant et interpellant des gens aux alentours, certaines se transformant en arrestations, quels sont les noms et le nombre, nous ne l’avons toujours pas trouvé. Selon un témoin qui  était avec  Babacar Ndiaye, ils vendaient leurs marchandises  à  Thiseio   quand ils ont vu la police municipale s’approcher d’eux. L’un d’entre eux a  été poursuivis vers  Monastiraki   et  Babacar   a  été poursuivis par 2 flics vers la station. Alors qu’ils tentaient de s’échapper, il a  été acculé sur un pont au-dessus des voies et pendant un conflit où les flics ont tenté de voler ses marchandises, il est tombé de 6-7 mêtres de haut sur les voies. L’immigré qui  était avec lui a  été attrapé peu de temps après et dépouillé de ses marchandises. Ensuite, quand il est retourné  à  Thisio,  à la recherche de  Babacar, il l’a trouvé mort sur les rails, les flics nulle part où  être vu et ses marchandises manquantes. Après cela, il est allé au commissariat pour témoigner, déclarant qu’il se souvenait des deux flics qui poursuivait  Babakar  et qu’il pouvait les identifier. Sans aucune surprise, au quartier général de la police, où tous les flics de cette unité  étaient sensés faire leur rapport, les deux impliqués ne le firent jamais.

(suite…)

Read Full Post »

Source: Initiative de Solidarité avec la Grèce qui résiste Bruxelles

Les travailleurs et les employés du métro d’Athènes, du train urbain et du tram doivent affronter une quatrième vague de coupes salariales en deux ans. Leurs revenus ont déjà été réduits de 45%. A présent, le gouvernement veut abolir leur convention collective qui prévoit des salaires minimum spécifiques à ce secteur et imposer une grille de salaires uniforme pour tous les travailleurs dans le secteur public. Les travailleurs veulent défendre leur convention collective. Après avoir protesté de toutes les manières possibles sans résultat, ils sont à présent en grève depuis plus de 8 jours.

Le représentant du syndicat des employés du métro d’Athènes Antonis Stamatopoulos explique: « On travaille 24h sur 24 dans des conditions difficiles. Ne devrait-on pas avoir droit à un supplément pour travailler les week-end et les jours fériés? Nous sommes des techniciens, des plombiers, des électriciens. Je ne suis qu’un technicien et j’ai un niveau d’éducation de base. Je travaille depuis plusieurs années et selon la nouvelle grille de salaires, je ne vais plus toucher que 600 euros » [Link in Greek] (suite…)

Read Full Post »

Source : Reinform (Pays Bas)

Workers and employees of Athens metro, urban train and the tram are facing wage cuts for the 4rth time in the last 2 years. Their salaries have been already reduced up to 45%. Now, the government wants to abolish their collective labor agreements that provide the minimum salaries for their particular sector and apply a payroll, common for all civil workers instead. The workers want to defend their collective labor agreements. After having tried every possible means of protest without any success, they are now on strike for more than 8 days.

strike

The chairman of the employees union of Athens metro Antonis Stamatopoulos explains: ” We work 24 hours per day under difficult conditions. Shouldn’t be entitled to be paid extra for working in the weekends or during public holidays? We are technicians, plumbers and electricians. I am just a technician and I only have the basic/obligatory education. I work for many years and according to the new salary scheme I will earn just 600 euros. “ [Link in Greek] (suite…)

Read Full Post »

Source : http://initiativegrecqueaparis.wordpress.com/

Jeudi après-midi, huitième journée de grève dans le métro athénien, le gouvernement grec a décidé la réquisition, une mesure prévue par la loi que dans des circonstances exceptionnelles telles que les fléaux, les épidémies ou les calamités ou au profit de l’armée en cas de guerre ! Cette décision a suscité un tollé syndical et politique et a été dénoncée en tant qu’autoritaire et antidémocratique : « une mesure extrême » contre le droit de grève, selon le secrétaire général de la Confédération Générale des Travailleurs Grecs (GSEE), « une mesure digne d’une junte » selon un délégué du personnel. Il est à noter que le non-respect des consignes de la réquisition se traduit automatiquement à des licenciements.

Appuyés sur une décision de justice jugeant le mouvement « illégal et abusif », le ministre du Développement, Hatzidakis, ainsi que le Premier ministre, Samaras, mènent la bataille idéologique en qualifiant les travailleurs en grève des « privilégiés » et des représentants « d’intérêts corporatistes », tout en ajoutant qu’ils ne vont tolérer aucune exception dans les mesures prévues par le troisième Mémorandum et les plans de rigueur. Au préalable, ils avaient pris soin de gonfler un peu les chiffres en faisant état de salaires moyens bruts à plus de 3.000 euros dans l’entreprise… (suite…)

Read Full Post »

Source: initiativegrecqueaparis.wordpress.com

Screen-Shot-2013-01-18-at-12.01.35-PM-150x150

La nuit de mercredi à jeudi, dans le quartier d’Athènes Pétralona, Sahtzat Loukman, immigré pakistanais de 27 ans, a été assassiné de sang-froid, poignardé à mort par deux grecs de 24 et 29 ans.

Les individus circulaient en moto et l‘ont agressé par-derrière sous prétexte qu’il les gênait sur leur route…

Arrêtés par la police grâce au témoignage d’un chauffeur de taxi, ils sont passés aux aveux. Chez l’inculpé principal, la police a découvert une collection d’armes blanches, des matraques, ainsi que du matériel de propagande appartenant à l’Aube Dorée.

Sahtzat Loukman vivait en Grèce pendant six ans et travaillait en toute légalité en tant que transporteur d’oranges sur les marchés. Chaque matin, il partait en vélo de chez lui vers 2.30 pour se rendre à son lieu de travail à 4.00. Il envoyait régulièrement ses faibles revenus à sa fratrie de huit frères et sœurs au Pakistan pour assurer le mariage de ses sœurs.

Selon Javent Aslam, représentant de la communauté pakistanaise d’Athènes, lors de deux dernières années, sur les 800 agressions racistes enregistrées contre des Pakistanais, il y a eu cinq morts.

Il est à noter aussi que c’est la première fois que la police grecque est en état de lier directement, preuves à l’appui, l’assassinat d’une personne issue d’immigration à l’activité d’un membre d’Aude Dorée. Affaire, donc, à suivre…

Read Full Post »

Suite aux attaques récents de l’état grec aux squats Villa Amalias et Skaramaga et à l’université d’Economie une manifestation a été organisé le samedi 12/01/2013.  La manifestation a rassemblé plus de 10.000 personnes des diverses tendances du mouvement anarchiste mais aussi de la gauche extra-parlementaire. Une description détaillée de ce qui s’est passé est accessible sur Contra Info ici , avec des liens vers plus de photos et des vidéos.

Nous sommes une image du futur

Read Full Post »

19/1 ATHENES – VILLE ANTIFASCISTE
RASSEMBLEMENT A OMONIA A 14h –
MANIFESTATION – CONCERT A SYNTAGMA A 16h

LES NEONAZIS HORS DE NOS VILLES – NON AUX CAMPS DE CONCENTRATION – NATIONALITE POUR TOUS LES ENFANTS

Le 19 janvier, depuis toutes les villes, tous les quartiers du pays, issus de tous les milieux professionnels, artistiques, lieux d’études possibles, nous, les travailleurs et les jeunes, nous nous éversons sur Athènes. Nous nous occupons la ville par la musique, les cris et la parole, pour clamer que les néonazis sont indésirables et que le gouvernement de coalition, avec ses politiques xénophobes que constituent les camps d’internement, FRONTEX et le retrait de la citoyenneté aux enfants d’immigrés nous remplit de colère tout autant que les mesures barbares qui nous mettent au chômage par centaines de milliers.

Nous refusons de voir les responsabilités des riches et des gouvernements face a une crise qui répand misère et dénuement, qui conduit au suicide, qui envoie les SDF dans les files d’attente des repas de charité, déléguées injustement aux migrants, faisant d eux leurs boucs émissaires, comme Hitler l avait fait pour les juifs. C’est ainsi qu’on en est arrives à Dachau et Auschwitz, aux chambres à gaz et aux crematoriums, à la mort de millions de juifs, de tsiganes, de communistes, d’homosexuels. C’est ainsi qu’on en est arrives à la seconde guerre mondiale, aux exactions nazies dans les pays occupes à l’image de la Grèce avec ses villes martyres, ses vies perdues lors des exécutions par les milices à Kalavryta, Kokkinia, Kaisiarani, Xortiati, Kontomari, Biano, Distomo et tant d’autres.

(suite…)

Read Full Post »

tumblr_mgcw2kbrwb1qewhe7o1_1280

Photos d’une des arrêtées pendant son transport au commissariat

Read Full Post »

Source : avaaz.org

Solidarity with Villa Amalias Squat – Let us Resist the Social Cannibalism

 

All of us signing this declaration of solidarity with Villa Amalias Squat are aware of the fierce attack unleashed by the Greek state on free spaces and every other expression of social/political resistance.

Villa Amalias is one of the oldest and most historical squats in Athens/Greece, well known for its multilevel presence within the radical movement, a place of creative fermentations, anti-commercial cultural activities and reference point for the building of relationships based on equality, solidarity and anti-authority.

It is not a coincidence that the Greek state has chosen this period of intensive austerity, political scandals, generalized fear and insecurity to attack those parts of society that resist the social cannibalism intensified by the unbearable economic measures and expressed by the neo-Nazis of Golden Dawn. Villa Amalias has stood for 23 years in a neighbourhood full of natives and immigrants, promoting the values of brotherhood and respect, and at the same time acting as a robust bulwark against the murdering practices of the neo-Nazi gears of Greek neo-liberalism. (suite…)

Read Full Post »

Source Occupied London

Greek original

Nothing less than our non-negotiable position for social spaces that we support and they support us in return. Nothing other than what we say and what we do all these years in squats, in self-organised spaces, in demonstrations, at strikes and in the streets.

For this reason, the authorities that placed armed guards outside Villa Amalias could never cause us to be disappointed, to break our morale, to make us stop, to give up.

Today, January 9th, us comrades re-occupied the building of Villa Amalias under the nose of the repressive forces that were guarding it. A building linked with the history of the subversive movement for the past 22 years, but also with the ideals that it signifies for us.

From the first moment a banner was unwrapped and a PA system was set up in order to read out texts. At the same time, hundreds of people in solidarity gathered around the squat. Two hours later, and without the presence of an attorney, forces of EKAM [police’s anti-terrorist unit – the SWAT equivalent — trans.], backed by all sorts of police units plus a helicopter, raided the squat, arresting us. (suite…)

Read Full Post »

 

Source : Contra Info

À 15 heures aujourd’hui, 9 janvier, après la méga-opération répressive de ce matin les flics ont encerclé le squat Skaramaga ( le bâtiment à l’angle de la rue Patision et Skaramaga). Peu de temps après les forces anti-émeutes ont réussi à ouvrir la porte et envahir le squat.

À quelques 150 mètre du squat Skaramaga, dans la court du musée archéologique, rue Patision, 200 compagnon-ne-s sont rassemblés en solidarité, appelant à ce que d’autres personnes sortent dans la rue.

On demande une diffusion maximale au sujet de l’état de siège dans lequel se trouve le centre ville d’Athènes. L’État et ses bourreaux veulent enterrer l’espace anarchiste en Grèce. Nous ne les laisserons pas faire !

SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EXPLOSIVE !

____________________________________________________________

Déclaration du collectif du squat Skaramaga au sujet de la descente de flics :
il y a eu une descente de flics aujourd’hui (09/01) à 15h au squat Patission 61 & Skaramaga. Sept compagnon-ne-s sont à l’intérieur du bâtiment. L’opération répressive a eu lieu en forme de vengeance quelques heures après la ré-occupation de Villa Amalias et de l’occupation du siège du DIMAR, deux évènements qui ont eu pour résultat environ 150 compagnon-ne-s arrêté-e-s.
Le gouvernement tripartite, la police et le NAT (Fondation de marin marchants, qui réclame la propriété du bâtiment) sont les principaux responsables de cette attaque. Ils nous trouveront face à eux.

Pas touche aux squats ! Libération immédiate de toutes les personnes arrêtées.
 Retrait immédiat des forces de répression des squats Villa Amalias et Skaramaga !
_____________________________________________________________

Dernière mise à jour :
Il y a eu un rassemblement devant le quartier général de la police sur l’avenue Alexandras, où étaient présentes autour de 1500 personnes en solidarité avec les personnes arrêtées ce matin à Villa Amalias ( ceux arrêtés lors de l’occupation du DIMAR auraient été relâchés).
Au squat Skaramaga les sept compagnon-ne-s qui étaient à l’intérieur du bâtiment au moment de l’invasion des flics ont passé des heures dans un camion de flic et ont finalement été amenés au commissariat de police d’Omonia.
Les avocats ne pouvaient pas accéder au squat et personne n’était en communication directe avec les détenus. Les flics continuaient de fouiller le bâtiment et prenaient des photos de l’intérieur et ont confisqué des ordinateurs. Les squatteurs avaient publié leurs propres archives photographiques du bâtiment afin d’expliquer rapidement leurs différentes activités, en réponse aux flics et aux médias charognards qui n’hésiteront pas à les dépeindre comme des “criminels”.

Read Full Post »

Source : Contra Info

À 07:30 ce matin, 9 janvier 2013, des dizaines de personnes ont réoccupé le bâtiment situé entre les rues Acharnon et Heyden, connu comme le squat Villa Amalias, qui avait été expulsé le 20 décembre 2012.

De suite après la réoccupation du squat un gros contingent de flics a encerclé la zone,  balançant des lacrymos à l’intérieur. Finalement l’État a envoyé sur place les Unités de Force Répressives Antiterroristes ( EKAM) qui sont rentrés en cassant les vitres. Avec les escadrons du MAT ils ont arrêté 101 compagnon-ne-s, les transférant à GADA (quartier général de la police), sur l’Avenue Alexandras. Durant l’opération répressive les flics ont évacué les environs et ont empêché les passants et photographes de prendre des photos.

Pendant ce temps une manif solidaire spontanée est partie de la place Victoria (près de Villa Amalias) en direction de l’école Polytechnique, Exarchia.

Et presque en même temps un autre groupe de personne a occupé les bureaux du parti du DIMAR (gauche démocratique, qui est dans la coalition gouvernementale tripartite ) en solidarité avec le squat Villa Amalias, les espaces autogérés et les différentes structures qui ont été attaquées ces derniers temps(I, II)
Comme auparavant, les flics n’ont pas tardé à arriver et ont arrêté une quarantaine de personnes solidaires, les transférant aussi à GADA.

Pendant que ces lignes sont écrites (11:40 heure locale) des personnes solidaires se sont rassemblées devant le quartier général de la police, pendant que quelques 400 personnes ont décidé, suite à une assemblée d’urgence, de garder Polytechnique ouvert, où cette assemblée avait lieu, afin de pouvoir y organiser d’autres assemblées dans la journée.

De plus, un rassemblement solidaire a été convoqué sur la place Syntagma à midi et un autre devant le quartier général de la police à 18h aujourd’hui. La journée sera longue.

SOLIDARITÉ AVEC TOUTES LES PERSONNES ARRÊTÉES
FEU ET RAGE !

Read Full Post »

La photographe anglo-grecque  B r e n d a Turnnidge est retournée prendre le pouls de la capitale grecque et en a encore rapporté une moisson d’images. Pendant qu’elle exposait “Murs… mots d’Athènes !” en 2012 à l’Institut de Recherche et d’Études Méditerranée Moyen-Orient et au Théâtre de la Ville à Paris, de nouvelles affiches, de nouveaux signes, dessins, photos et slogans se disputaient frénétiquement  l’espace d’expression que sont les murs de la ville. L’œil de la photographe nous aide à sentir cette fièvre, cette révolte toujours vivace de nombre de Grecs face à la crise économique.

L’exposition propose un itinéraire qui va d’Exarcheia, les quartiers d’étudiants jusqu’à la place Syntagma. Les slogans nous exhortent à refuser le monde tel qu’il se fait pardessus nos têtes. Ne sommes-nous pas tous (ou ne serons-nous pas tous bientôt) des Grecs ? L’histoire est en train de s’écrire, dans le désordre mais aussi dans l’intensité et la persévérance de ceux qui disent «non».Une histoire qui raconte la colère, la contestation et  a confusion dans laquelle sont plongés nombre de Grecs. Une histoire de désarroi et de déception, aussi.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »