Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘squat’

The printing collective of Villa Amalias self-presents.

Read Full Post »

Le15 janvier à midi, la police a envahi le squat Lela Karayianni dans le quartier de Kypseli, à Athènes. Les forces de police ont arrêté 14 squatteurEs à l’intérieur (vidéo) et 2 solidaires en-dehors du squat. La police a investigué ensuite le bâtiment et n’a rien trouvé qui puisse constituer une accusation : alors, les arrêtéEs ont été relâchéEs. Le bâtiment est réoccupé aussitôt après la sortie des forces de police.

Read Full Post »

tumblr_mgcw2kbrwb1qewhe7o1_1280

Photos d’une des arrêtées pendant son transport au commissariat

Read Full Post »

Source : avaaz.org

Solidarity with Villa Amalias Squat – Let us Resist the Social Cannibalism

 

All of us signing this declaration of solidarity with Villa Amalias Squat are aware of the fierce attack unleashed by the Greek state on free spaces and every other expression of social/political resistance.

Villa Amalias is one of the oldest and most historical squats in Athens/Greece, well known for its multilevel presence within the radical movement, a place of creative fermentations, anti-commercial cultural activities and reference point for the building of relationships based on equality, solidarity and anti-authority.

It is not a coincidence that the Greek state has chosen this period of intensive austerity, political scandals, generalized fear and insecurity to attack those parts of society that resist the social cannibalism intensified by the unbearable economic measures and expressed by the neo-Nazis of Golden Dawn. Villa Amalias has stood for 23 years in a neighbourhood full of natives and immigrants, promoting the values of brotherhood and respect, and at the same time acting as a robust bulwark against the murdering practices of the neo-Nazi gears of Greek neo-liberalism. (suite…)

Read Full Post »

Source Occupied London

Greek original

Nothing less than our non-negotiable position for social spaces that we support and they support us in return. Nothing other than what we say and what we do all these years in squats, in self-organised spaces, in demonstrations, at strikes and in the streets.

For this reason, the authorities that placed armed guards outside Villa Amalias could never cause us to be disappointed, to break our morale, to make us stop, to give up.

Today, January 9th, us comrades re-occupied the building of Villa Amalias under the nose of the repressive forces that were guarding it. A building linked with the history of the subversive movement for the past 22 years, but also with the ideals that it signifies for us.

From the first moment a banner was unwrapped and a PA system was set up in order to read out texts. At the same time, hundreds of people in solidarity gathered around the squat. Two hours later, and without the presence of an attorney, forces of EKAM [police’s anti-terrorist unit – the SWAT equivalent — trans.], backed by all sorts of police units plus a helicopter, raided the squat, arresting us. (suite…)

Read Full Post »

 

Source : Contra Info

À 15 heures aujourd’hui, 9 janvier, après la méga-opération répressive de ce matin les flics ont encerclé le squat Skaramaga ( le bâtiment à l’angle de la rue Patision et Skaramaga). Peu de temps après les forces anti-émeutes ont réussi à ouvrir la porte et envahir le squat.

À quelques 150 mètre du squat Skaramaga, dans la court du musée archéologique, rue Patision, 200 compagnon-ne-s sont rassemblés en solidarité, appelant à ce que d’autres personnes sortent dans la rue.

On demande une diffusion maximale au sujet de l’état de siège dans lequel se trouve le centre ville d’Athènes. L’État et ses bourreaux veulent enterrer l’espace anarchiste en Grèce. Nous ne les laisserons pas faire !

SOLIDARITÉ INTERNATIONALE EXPLOSIVE !

____________________________________________________________

Déclaration du collectif du squat Skaramaga au sujet de la descente de flics :
il y a eu une descente de flics aujourd’hui (09/01) à 15h au squat Patission 61 & Skaramaga. Sept compagnon-ne-s sont à l’intérieur du bâtiment. L’opération répressive a eu lieu en forme de vengeance quelques heures après la ré-occupation de Villa Amalias et de l’occupation du siège du DIMAR, deux évènements qui ont eu pour résultat environ 150 compagnon-ne-s arrêté-e-s.
Le gouvernement tripartite, la police et le NAT (Fondation de marin marchants, qui réclame la propriété du bâtiment) sont les principaux responsables de cette attaque. Ils nous trouveront face à eux.

Pas touche aux squats ! Libération immédiate de toutes les personnes arrêtées.
 Retrait immédiat des forces de répression des squats Villa Amalias et Skaramaga !
_____________________________________________________________

Dernière mise à jour :
Il y a eu un rassemblement devant le quartier général de la police sur l’avenue Alexandras, où étaient présentes autour de 1500 personnes en solidarité avec les personnes arrêtées ce matin à Villa Amalias ( ceux arrêtés lors de l’occupation du DIMAR auraient été relâchés).
Au squat Skaramaga les sept compagnon-ne-s qui étaient à l’intérieur du bâtiment au moment de l’invasion des flics ont passé des heures dans un camion de flic et ont finalement été amenés au commissariat de police d’Omonia.
Les avocats ne pouvaient pas accéder au squat et personne n’était en communication directe avec les détenus. Les flics continuaient de fouiller le bâtiment et prenaient des photos de l’intérieur et ont confisqué des ordinateurs. Les squatteurs avaient publié leurs propres archives photographiques du bâtiment afin d’expliquer rapidement leurs différentes activités, en réponse aux flics et aux médias charognards qui n’hésiteront pas à les dépeindre comme des “criminels”.

Read Full Post »

Source : Contra Info

À 07:30 ce matin, 9 janvier 2013, des dizaines de personnes ont réoccupé le bâtiment situé entre les rues Acharnon et Heyden, connu comme le squat Villa Amalias, qui avait été expulsé le 20 décembre 2012.

De suite après la réoccupation du squat un gros contingent de flics a encerclé la zone,  balançant des lacrymos à l’intérieur. Finalement l’État a envoyé sur place les Unités de Force Répressives Antiterroristes ( EKAM) qui sont rentrés en cassant les vitres. Avec les escadrons du MAT ils ont arrêté 101 compagnon-ne-s, les transférant à GADA (quartier général de la police), sur l’Avenue Alexandras. Durant l’opération répressive les flics ont évacué les environs et ont empêché les passants et photographes de prendre des photos.

Pendant ce temps une manif solidaire spontanée est partie de la place Victoria (près de Villa Amalias) en direction de l’école Polytechnique, Exarchia.

Et presque en même temps un autre groupe de personne a occupé les bureaux du parti du DIMAR (gauche démocratique, qui est dans la coalition gouvernementale tripartite ) en solidarité avec le squat Villa Amalias, les espaces autogérés et les différentes structures qui ont été attaquées ces derniers temps(I, II)
Comme auparavant, les flics n’ont pas tardé à arriver et ont arrêté une quarantaine de personnes solidaires, les transférant aussi à GADA.

Pendant que ces lignes sont écrites (11:40 heure locale) des personnes solidaires se sont rassemblées devant le quartier général de la police, pendant que quelques 400 personnes ont décidé, suite à une assemblée d’urgence, de garder Polytechnique ouvert, où cette assemblée avait lieu, afin de pouvoir y organiser d’autres assemblées dans la journée.

De plus, un rassemblement solidaire a été convoqué sur la place Syntagma à midi et un autre devant le quartier général de la police à 18h aujourd’hui. La journée sera longue.

SOLIDARITÉ AVEC TOUTES LES PERSONNES ARRÊTÉES
FEU ET RAGE !

Read Full Post »

publiée ici : https://athens.indymedia.org/front.php3?lang=en&article_id=1444292

Aujourd’hui, le 20-12-2012, la police a envahi Villa Amalias. Avec le prétexte d’une plainte de traffic de drogues, une perquisition a été effectuée, avec la présence d’un procureur. Les résultats ont été ridicules… Néanmoins, le ministre d’Ordre Public déclare qu’il s’agit de preuves que Villa a été l’«antre d’illégalité» pendant 22 ans et que l’ordre a enfin a été restituée avec l’ «audace et la volonté» du premier ministre Samaras.

Avec quelle logique des bouteilles de bière vides pourraient être désignées comme «du matériel de construction de cocktail molotov» ? Dans un lieu qui fonctionne comme salle de concerts ou café, pourquoi est-il étonnant d’y retrouver un grand nombre des bouteilles de bière vides ? Qu’est-ce que ça veut dire «produit inflammable» ? Est-ce qu’ils parlent du produit pour nettoyer la machine d’impression du squat ? Est-ce qu’on est obligés de justifier les masques à gaz que tout manifestant qui pense à sa santé doit posséder ? Est-ce qu’on doit expliquer les moyens primaires (pétards, lance-pierres) d’autodéfense dans un lieu qui a reçu à plusieurs reprises des attaques des groupes para-étatiques (incendies volontaires, coups de poignard, battages) surtout au cours de l’événement phare de 2008 quand le ministre de l’Ordre Public Markogiannakis a rendu visite à ses amis les fachos présentés comme des «citoyens indignés» et que le squat a été attaqué quelques minutes après…

Avec ce prétexte ils tentent la réalisation de leur fantasme éternel : l’invasion d’ un lieu qui pour eux, est un des symboles spatiaux de ceux qui sont hostiles contre tout ce qui représente la souveraineté, l’imposition, la stérilisation, l’indifférence, la rémission, la soumission. Ils ont raison là-dessus, nous sommes ceux-ci. Nous et les milliers des manifestants, militants, squatteurs, grévistes, émeutiers. Nous sommes les sans-abri et les clochards, les punks et les vagabonds, les végétariens et les féministes, les noctambules et les ouvriers, les pauvres et les laissés pour compte, les victimes du racisme et les vengeurs de l’injuste. Le ministre nous a caractérisés comme l’ «antre d’illégalité».

Parlons sérieusement maintenant. Villa Amalias est une proposition d’organisation qui devait être confrontée a cette ère du cannibalisme de mémorandum. L’agression du capital dans le monde du travail présuppose la destruction de toutes ses structures. La calomnie des acquis de travail et des syndicats, les structures de solidarité et de désobéissance, les projets auto-organisés sont ciblés. L’agenda d’extrême-droite qui a prédominé dès le début de la crise a commencé avec des déclarations du ministre de Santé Loverdos, sur la «bombe sanitaire» en ce qui concerne les 300 immigrés qui faisaient la grève de faim dans le bâtiment public Ypatia. Elle a continué avec le ciblage des immigrés (mur-frontier d’Evros, camps de concentration, affaire d’expulsion des immigrés appelé «Xenios Zeus») le pilori des prostituées séropositives assisté de la violence d’extrême-droite contre les immigrés, les homosexuels, les vendeurs a la sauvette. La torture des antifascistes, inculpés lors de la manif en motos, au Service des renseignements généraux, les agressions aux squats et la répression violente de n’importe quelle revendication sociale ou syndicale ne laissent aucun doute que l’ennemi a établi un arsenal assez massif contre lequel on doit résister.

Nous sommes là depuis 22 ans, dans un bâtiment abandonné pendant des décennies. On l’entretient et on lui donne de la vie. Nous sommes un squat qui a toujours ses portes ouvertes aux groupes, aux individus et aux projets qui promeuvent la culture anti-commerciale, la dignité humaine, les luttes sociales, antifascistes et de classe. Villa Amalias donne une lutte importante non pas pour protéger ses façades, mais ses désirs, ses rêves et ses espoirs pour une vie plus libre pour tous.

On invite tous ceux qui retrouvent une partie d’eux-même dans toutes ces années de fonctionnement du squat de mener cette lutte critique avec nous.

Les bourreaux- Don Quichottes attaquent ce moulin-là mais en réalité, ils chassent les idéologies. Pour eux, ce sont celles-ci l’illégalité. Ils chassent des chimères, ils vont recevoir des cauchemars…

LIBERATION IMMEDIATE DES SQUATTEURS DE VILLA AMALIAS

Read Full Post »

source : https://athens.indymedia.org/front.php3?lang=el&article_id=1443926

 

amalias_3

Une fois de plus, l’État tente de terroriser en realisant des attaques soudaines et brutales contre des espaces occupés et auto-organisés . L’occupation de Villa Amalias est logé dans le bâtiment qui se trouve entres les rues Acharnon et Heyden, depuis 22 ans. Dans ces domaines, des centaines d’événements politiques et culturels ont été organisés (concerts, représentations théâtrales, projections, etc), tandis que la culture anti-commerciale qui s’oppose à la culture de la vente et du profit, du pouvoir et de la propriété, a trouvé sa place. C’est clair maintenant, après tant d’attaques quotidiennes contre le mouvement anti-autoritaire / anarchiste, que les forces antisociales d’autoritarisme économique et politique, veulent faire taire le mouvement, limiter le débat public dans l’ordre du jour qui est déterminé uniquement par les grands médias et par les nazis, et interdire des actions auto-organisés qui commencent en dessous et en dehors des partis politiques. (suite…)

Read Full Post »

Jolie vidéo réalisée pour le soutien des squats.

Read Full Post »