Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘communique’

Source Occupied London

Greek original

Nothing less than our non-negotiable position for social spaces that we support and they support us in return. Nothing other than what we say and what we do all these years in squats, in self-organised spaces, in demonstrations, at strikes and in the streets.

For this reason, the authorities that placed armed guards outside Villa Amalias could never cause us to be disappointed, to break our morale, to make us stop, to give up.

Today, January 9th, us comrades re-occupied the building of Villa Amalias under the nose of the repressive forces that were guarding it. A building linked with the history of the subversive movement for the past 22 years, but also with the ideals that it signifies for us.

From the first moment a banner was unwrapped and a PA system was set up in order to read out texts. At the same time, hundreds of people in solidarity gathered around the squat. Two hours later, and without the presence of an attorney, forces of EKAM [police’s anti-terrorist unit – the SWAT equivalent — trans.], backed by all sorts of police units plus a helicopter, raided the squat, arresting us. (suite…)

Read Full Post »

« Aujourd’hui, l’Etat a déclaré la guerre civile. Tous ceux qui ne tombent pas sous les coups de couteau des fascistes sont jetés en prison par des jugements rendus par des tribunaux juntistes. Nous faisons appel aux combattants et à tous ceux qui estiment que la DIGNITE, la SOLIDARITE, l’EGALITE et la LIBERTE ne sont pas de vains mots mais un mode de vie pour qu’ils prennent conscience du moment historique que nous vivons et d’agir en conséquence.

Les IDEES ne se répriment pas et ne s’emprisonnent pas.

Les 15 personnes arrêtées ».

Ces derniers temps, les preuves, comme quoi le « simulacre de démocratie » utilisé en permanence par l’Etat devient flou et indistinct, se font de plus en plus nombreuses. Le choix de réprimer massivement, tous ceux qui ont choisi l’affrontement direct mais aussi ceux qui exigent l’évident, montre qu’il n’est plus possible de parler comme on le faisait il y a cinq, dix ans et plus.  La crise économique qui perdure et qui pousse de plus en plus de gens dans la misère et la pauvreté en exacerbant le cannibalisme social, la violence au sein des classes tout comme la montée du fascisme montrent le malaise social dont quiconque ne peut dire avec certitude quels en seront les aboutissements et les conditions. Face à une éventuelle explosion sociale GLOBALE, l’Etat durcit la répression, l’intimidation et la terreur, tout en blindant son arsenal juridique afin de garder de plus en plus ‘d’otages juridiques’. Les symptômes sont connus et se répètent. Interdiction de manifester ou de se rassembler, répression des grèves, violences brutales contre les manifestants et les grévistes, publications de photos et de renseignements personnels, évacuations des squats et des sites sociaux, descentes de police dans les écoles et les universités, saisies, arrestations, etc. Les exemples sont aussi nombreux que pernicieux.  Parallèlement, les gangs fascistes sont promus pour ‘assainir’ les arrières, là où l’État officiel ne parvient pas. Les pogroms contre les immigrants, les anarchistes ou les gens de gauche, les incendies volontaires de maisons, de magasins ou de haltes, les coups de couteau et les tabassages s’accompagnent d’une présentation de l’extrême-droite comme «anti-systémique» et comme une nouvelle proposition alternative. Il est important de souligner que le fascisme n’a jamais offert d’éléments nouveaux aux sociétés humaines.  Il ne fut que la béquille de l’Etat et, en période de crise (économique, politique ou systémique), il se chargea de soutenir les choix de l’autorité et lui offrit un répit temporel afin de se ressaisir et de surpasser les quelconques turbulences qui le secouaient. (suite…)

Read Full Post »