Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘BAC’

Lundi 30 avril, un incident caractéristique de la répression étatique actuelle et du racisme policier a eu lieu, peu après 15 heures, devant le bâtiment de la fac de droit dans le centre-ville d’Athènes.

Un immigré Sénégalais (par ailleurs « en règle ») attendait un ami devant le bâtiment. Tout à coup, dix policiers en civiles l’ont attaqué et battu très violemment. Des anarchistes qui se trouvaient là, se sont battu avec les flics sur la rue Akadimias, une rue pleine de monde en coup de feu. Un des flics a tiré son arme et a menacé les anarchistes et l’immigré.

L’immigré aurait arrêté et transporté au commissariat. Il est accusé de vol (pour l’arme du flic) et de tentative de blessures involontaires sur des agents de la police. Les flics continuent de patrouiller pour cette raison dans les rues du centre.

L’usage incontrôlé et non autorisé de la force devient de plus en plus fréquent et évident. Ce phénomène est certainement lié à la montée de l’extrême droite et de ses organisations para-étatiques.

Read Full Post »

 Par Paroles d’Athènes

Dimanche 25 mars était le jour de la fête nationale grecque commemorant le soulevement des Grecs contre la domination turque en 1821. Pendant la dernière fête nationale du 28 Octobre pour la seconde guerre mondiale, plusieurs gens dans plusieurs villes du pays sont allés assister a la parade et ont manifesté contre l’état de mémorandum. À Thessalonique, au nord de Grèce, beaucoup du monde a derangé la parade en manifestant et en insultant le Président Karolos Papoulias de « traître ».

En prevision de ces incidents, avant la fête nationale du 25 mars,  le parlement grec avait débattu des moyens necessaires pour éviter des événements similaires, et cela pendant plusieurs jours. Enfin, ce jour-là les mesures de sécurité dans toutes les grandes villes étaient énormes. En Athènes 7.000 policiers et policiers de BAC étaient sur le qui-vive dans le centre-ville, autour la place de Syntagma où la parade a eu lieu. Selon la déclaration du sous-secrétaire du ministère de la Sécurité Civile, il y avait des tireurs embusqués. De plus, il y avait des centaines de grillages pour protéger l’estrade des notabilités. Mais le plus notable est que l’accès dans le lieu de la parade était si sévère que seulement certains journalistes des médias autorisés pouvaient y passer et les contrôles dans le centre-ville étaient frequents. A Athènes la police a, egalement effectué 25 arrestations préventives concernant des personnes connues pour leur activisme.

(suite…)

Read Full Post »